Sur quel pied danser ?

La création 2018

Accroche

Après les succès de leurs deux premières création « Ennemie Intime » et « Ta Panda Rei », Yann Busnel poursuit la collaboration innovante avec la chorégraphe Séverine Busnel, professeure de danse et danseuse professionnelle parisienne (membre de la compagnie de danse contemporaine « Les Pieds Ingénus »).

Cette troisième création, en un acte, explore les différentes interprétations de l’expression éponyme. Rythmée avec humour et émotions, elle s’articule en 5 tableaux thématiques, allant d’une traduction naïve et pragmatique jusqu’à la litote assumée.

Son titre aux multiples évocations tentera de dépeindre successivement le sens propre et les sens figurés de cette expression. Ceux-ci sont supportés et illustrés par différentes formes de danses (re)visitées.

Argument

Tableau 1 : « Faire parler nos pieds »

D’entrée, le spectacle nous plonge dans notre relation au corps, tantôt dompté, tantôt incontrôlé.

Tableau 2 : « Jeu de séduction(s) »

Fondé sur le constat que notre relation à l’autre est toujours chancelante, mouvante, complexe et variée, ce tableau illustre la diversité des tandems amoureux et de leurs équilibres… pas toujours stables.

Tableau 3 : « L’heure du choix »

Principale interprétation de l’expression éponyme, ce tableau met en mouvement la difficulté du choix dans notre vie. Le doute devient alors un exutoire particulièrement enrichissant.

Tableau 4 : « Entre musique et danse »

Musique et danse : frères ennemis indissociables mais si divergents. À la fois dynamique, explosif et frénétique, ce combat hors du temps trouvera une issue favorable, par la mixité et le métissage créant un pont indestructible.

Tableau 5 : « finalement, Peu importe sur quel pied »

L’ultime tableau de cette création propose une revisite originale du texte de Mylène Audoin. Car, en effet, peu importe les dilemmes et les difficultés de l’existence, « le principal, c’est de danser ! ».

La musique

Logan Dataspirit est un compositeur de musiques électroniques originaire de Rennes. Issu d'une formation classique il est rapidement influencé dans les années 90 par des artistes tels que The Future Sound of London, Boards of Canada, Aphex Twin et Deep Dish. Ses compositions et remix lui permettent de signer sur le label techno français Scandium Records (Dalcan & Nazca), sur le label house belge Soulheat Records (U-Ness & JedSet) ainsi que sur une dizaine de labels internationaux. Son univers musical est éclectique et emprunte à l'ambient, au break beat, à la house et à la drum'n bass. Artiste engagé dans le libre accès à la culture, la plupart des productions sont accessibles sous licence Creative Commons.

Dans Sur quel pied danser ?, la création musicale est une composition originale conçue en collaboration avec des musiciens traditionnels, ayant pour objectif de compléter la mise en scène dans la narration tout en soutenant la danse. Chaque musicien a enregistré des thèmes collant aux différents tableaux du spectacle. Ces enregistrements ont servi de base à la création des morceaux électroniques, sur le principe du remix. Ces morceaux sont ensuite décomposés en différents éléments qui seront reconstitués pendant la représentation afin de coller à la scénographie, sur le principe du live DJ. Plusieurs instrumentistes complètent sur scène la création musicale afin d'enrichir les tableaux métissant ainsi acoustique et électronique.

Les musiciens

Loic Cudennec

Clavier | Composition

Thibaud Lebreton

Batterie

Arnaud Devlamynck

Flûte | Chant

Carole Percevault

Chant

Yves Lebrun

Clarinette

Michel Le Corre

Accordéon

Sébastien Le Bihan

Flûte

Le costume

L’opportunité a de nouveau été donnée à Valérie Nief de laisser libre cours à la création en qualité de costumière. Cette passionnée de costumes, tant traditionnels que contemporains, a enrichi sa connaissance sur l’art de se vêtir, allant de la façon des couturières d'antan à l'inventivité d'aujourd'hui.

Costumière pour l'opéra et le théâtre pendant de nombreuses années, la Compagnie Keanoz lui a laissé une totale liberté de confection. Tout est possible et utilisable tant au niveau des coupes, des formes que des matériaux. Pour la création de Sur quel pied danser ?, le costume traditionnel Rennais se dessine en filigrane, avec quelques « street artists » plus actuels et autres « cosplayers ». Le vêtement devient alors semi-traditionnel, semi moderne.